Physique quantique et conscience

SECTION  PSYCHOLOGIE

Par Marie-Thérèse Larré – Extrait de Synchronicité : hasard ou Providence ? – Diffusion Rosicrucienne – 2018


La psyché quantique

« Si l’on considère que toutes les informations sont contenues dans le « vide quantique », source vive de la création, le rôle du temps serait de permettre l’émergence de notre réalité à partir de ce vide. En effet, notre réalité phénoménale, comme nous l’avons dit précédemment, est en partie une construction de la conscience humaine via notre cerveau.

François Martin de Volnay, chercheur en physique expérimentale, reprenant la terminologie de Jung, parle d’une construction de la psyché incluant l’inconscient personnel et collectif, lequel serait connecté à l’extérieur de notre espace-temps tangible par l’intermédiaire du vide quantique : c’est la théorie de la psyché quantique.

L’inconscient perçoit-il des informations quantiques ? 

Dans cette théorie, l’infrastructure du psychisme humain, et en particulier l’inconscient, serait « quantiquement intriqué » — c’est-à-dire relié — à un champ psychique de nature quantique, sous-jacent et universel (une sorte de conscience universelle), dont il serait une excitation particulière. Selon François Martin de Volnay :

« il n’y a pas transfert d’information d’une partie du système à une autre partie, il y a corrélation à distance. [Souvenez-vous de la loi de non-localité des physiciens quantiques.] Le système physique ou psychique n’est pas localisé dans l’espace-temps. Seule la conscience de l’individu l’est. [.…] Il pourrait y avoir des phénomènes analogues à l’intrication quantique entre deux ou plusieurs psychismes, conscience et inconscient compris. Le mot synchronicité prendrait alors tout son sens, car ce serait la partie non séparable, la partie non factorisable de deux ou plusieurs psychismes quantiquement intriqués qui serait à l’origine de l’apparition de coïncidences signifiantes. Il s’agit alors de considérer pour le psychisme une structure « proche » de la structure quantique de la matière microscopique ».

Il n’est donc pas étonnant que des informations nous soient parfois communiquées selon des modes de transmission ne suivant pas la logique causale communément admise et en violant les règles habituelles des enchaînements événementiels.

Dans son ouvrage La Physique de la conscience, Philippe Guillemant affirme :

« La réalité n’est plus ce que l’on perçoit, mais simplement le fruit d’un collectif de consciences immergé dans un champ d’information. »

Les spiritualistes affirment quant à eux que par la concentration méditative, on peut diriger l’énergie cosmique et la focaliser sur la résolution d’un problème. Le méditant crée alors un véritable « pôle focal dans l’espace-temps » permettant la concentration du Noùs manifestant l’esprit, la force vitale et la matière.

Ces techniques sont connues des spiritualistes, mais pour être efficaces, elles doivent respecter des règles déontologiques, car la loi d’attraction qui sous-tend le principe néguentropique (restaurant l’ordre) de la création universelle ne peut être sollicitée à des fins négatives et destructrices, source de désordre.

Les synchronicités et leur utilité

Pour en revenir aux manifestations de synchronicité, il apparaît de plus en plus évident qu’elles sont générées via notre cerveau, mues par notre conscience, elle-même influencée par notre inconscient relié à la conscience universelle, omnipotente et omnisciente, comme on vient de le voir. Des phénomènes apparemment étranges (rêves prémonitoires, coïncidences signifiantes, et même manifestations matérielles synchrones d’états psychiques) trouvent leur justification dans cette « reliance » avec cette dimension hors de notre espace-temps.

Bien souvent involontaires de notre part, ces connexions s’effectuent pour nous informer, dans le but de nous aider à mieux comprendre la réalité qui nous entoure et à mieux nous situer au sein de cette dernière. En effet, les informations provenant d’une source tellement plus intelligente (omnisciente) que celle, limitée, de notre propre entendement nous offrent l’opportunité « formidable » d’une compréhension élargie de notre destinée au sein de l’univers ; l’adjectif « formidable » étant employé ici dans son acception étymologique de « ce qui fait peur », parce que dévoilant une réalité non conforme à notre quotidienneté. Il est donc utile de savoir repérer ces messages spirituels (émanant d’un esprit omniscient), car ils sont une aide extraordinaire qu’il serait dommage d’ignorer.

Nous allons voir prochainement comment on peut apprendre à distinguer ces réelles manifestations synchronistiques des simples événements hasardeux, mais aussi comment on peut les susciter en cas de réel besoin. Comme tout ce qui a trait au fonctionnement psychique, il n’est pas sain de prendre les choses à la légère et d’en faire un jeu ou une utilisation basée sur une mauvaise compréhension, car l’effet obtenu pourrait s’avérer non seulement décevant, mais plus gravement induire en erreur, voire dans certains cas, conduire à la confusion mentale. »